La Patte Vieira

 

Vieira : Le choix de l’Homme

Depuis plusieurs saisons, l’OGC Nice s’est fait remarquer par des recrutements relativement « clinquants » aussi bien au niveau des joueurs (Ben Arfa, Balotelli, Sneijder) qu’au niveau des coachs (Claude Puel, puis Lucien Favre). L’arrivée de Patrick Vieira au cours de l’été 2018 n’échappe donc pas à la règle et fait la Une des journaux. Néanmoins à la différence de ses prédécesseurs, « Pat » arrive avec une expérience relativement modeste puisqu’il n’a entraîné que les U19 de Manchester City (de 2013 à 2015) avant d’exercer en MLS aux commandes du New York City FC entre 2016 et 2018. Mais au-delà du coach et de son expérience, les dirigeants niçois ont fait le choix de l’Homme, d’un Homme qui partage les mêmes valeurs qu’eux et qui sera donc capable de porter le projet sur le long-terme. Son arrivée sur la côte d’Azur ravi tout le monde : le staff mais aussi et surtout les joueurs, impatients de travailler sous les ordres d’un Homme qui a connu de multiples succès aussi bien au niveau national qu’à l’international. De son côté le néo-coach reste lucide, il sait que ses succès passés lui confèrent de la crédibilité, mais que seuls des bons résultats pourront le conforter dans son nouveau rôle d’entraîneur.

Dès le début de la présaison Vieira affiche sa préférence pour le 4-3-3. Un dispositif qu’il souhaite animer de manière équilibrée, avec une défense haute et un jeu de possession basée sur des passes courtes et un rythme lent. L’effectif niçois est jeune et amputé de nombreux départs, Vieira doit donc prendre le temps de façonner son équipe en faisant adhérer les joueurs à sa philosophie de jeu. Le début de championnat est difficile, les niçois n’obtiennent pas de bons résultats. L’absence d’un buteur et la fébrilité défensive de son équipe le force à effectuer des changements tactiques à l’aube d’une rencontre au Groupama Stadium face à l’OL. Il choisit de remplacer Cardinale par Benitez, et opte pour une défense à 5 avec la titularisation de Jallet et des latéraux hauts en phases offensives. Nice s’impose finalement 1-0, Benitez est héroïque, la saison de Patrick Vieira est lancée.

le 31/08/2018 à Lyon, Le GYM lance sa saison

 


Comment joue l’OGC Nice de Patrick Vieira ?

De plus en plus aujourd’hui le football s’étudie avec des chiffres et des statistiques, et bien que je ne sois pas un fervent défenseur des études purement statistiques, reconnaissons qu’ils permettent de mettre les analyses en perspective. De ce point de vue, le GYM pointe aujourd’hui à la 8ème place avec 48 points. Il possède la 3ème meilleure défense avec 29 buts encaissés et la 19ème attaque avec 23 buts marqués. On pourrait penser que Nice est une équipe défensive, néanmoins les aiglons aiment avoir le ballon comme en témoigne les 54,7 % de possession en moyenne, ce qui en fait la 4ème équipe qui a le plus le ballon derrière le PSG, l’OL, et l’OM. Si d’un point de vue statistique le bilan comptable est positif (Nice est en embuscade pour une qualification Européenne avec 48 points après 32 journées), son positionnement actuel au classement semble être le résultat d’un petit miracle couplé à un niveau relativement faible cette saison en ligue 1, car avec 23 buts marqués, le GYM engrange une moyenne record de plus de deux points par réalisation. Réussite et efficacité sont les donc les moteurs de la saison niçoise

Sortons maintenant du domaine statistique, si l’effectif niçois est intéressant, il subsiste néanmoins des carences évidentes à des postes clés comme celui de buteur ou de latéral gauche. Pour réussir à engranger un maximum de points, Vieira semble avoir une appétence particulière pour s’adapter à son adversaire : son 11 varie quasiment à chaque journées, que ce soit, au niveau des Hommes, du dispositif ou de l’animation. Le Gym semble s’être stabilisé en 4-3-3 mais a utilisé de nombreux schémas : tantôt en 5-3-2, tantôt en 4-5-1, en 3-5-2, ou encore en 3-4-3. Néanmoins quelques soient les approches, la « philosophie Vieira » se dessine et l’on distingue plusieurs constantes dans le jeu niçois :

    – Un jeu de possession basé sur un tempo lent : À la récupération du ballon, les niçois ne se projettent pas. Le jeu est posé et la balle repasse par les centraux afin de construire une attaque placée depuis la défense. Les centraux écartent au maximum pour laisser le soin aux milieux relayeurs d’avoir de l’espace dans l’axe pour tenter de progresser. Ainsi on retrouve souvent Cyprien en position de 6 qui décroche entres Dante et Hérelle afin d’avoir le maximum d’espace pour initier un mouvement. Le problème est que les niçois semblent souvent assez statiques, et la possession devient rapidement stérile au fur et à mesure que les redoublements de passes se font entre la ligne arrière et les milieux. Le gym a beaucoup de mal à trouver son attaquant de pointe, et c’est aussi dû au fait qu’il n’y a pas de vrai buteur depuis le départ de Mario Balotelli (ou de son fantôme). Une statistique qui démontre parfaitement cela : Nice est la 4ème meilleure équipe en terme de possession et de passes-réussies avec 85,5 % de passes complétées, mais le Gym est 18ème lorsqu’il s’agit d’occuper les 30 derniers mètres adverses… L’illustration parfaite de la stérilité du jeu niçois.

    – Une ressortie de balle en passes courtes, même sous le pressing : C’est une constante depuis de nombreuses saisons à Nice (initiée par Claude Puel), Nice ne dégage plus sous pression. Vieira a souhaité continuer dans ce sens et c’est pour cela qu’il avait préféré titulariser Cardinale en début de saison au poste de gardien de but. Pour se faire il peut s’appuyer sur l’expérience et la qualité de relance de Dante qui réalise très souvent le geste juste pour « casser » le pressing adverse, bien aidé par les décrochages de ses milieux. Ici encore, même si on est bien loin d’une idée qui révolutionne le football, force est de constater que par les décrochages des milieux et du numéro 9, Vieira apporte une réponse à l’absence d’un buteur capable de conserver le ballon seul en attendant de voir son bloc équipe remonter.

    – Utilisation des couloirs pour faire la différence : Si nous soulignions tout à  l’heure la stérilité de la possession de balle niçoise, il faut reconnaître que lorsque les joueurs de couloirs arrivent à se retrouver en situation de un contre un, les niçois sont dangereux. Et pour se faire Vieira aime mettre le surnombre au centre du terrain. En effet, en plus des 3 milieux centraux qui restent axiaux, Vieira demande à son « buteur » de décrocher de manière axiale, adoptant ainsi le rôle de faux 9 (à l’image de Makengo sur les dernières rencontres). Ainsi on se retrouve avec 4 joueurs très axiaux, ce qui libère de l’espace sur les ailes créant ainsi des situations en 1 vs 1 pour les ailiers niçois plutôt à l’aise dans l’exercice à l’image de Saint Maximin ou encore Youcef Atal

On retrouve ici les 3 constantes du « Nice de Patrick Vieira » cette saison. Néanmoins au cours des matchs, certains joueurs semblent se frustrer de la stérilité du jeu de possession, et les niçois multiplient les séquences de jeu direct sur Saint Maximin qui tente de faire la différence tout seul à coups de crochets, coups de reins ou autres grigris qui régalent nos pupilles mais qui ne sont que très rarement efficaces. Cette stérilité menant à des schémas préférentiels de jeux longs mènent inévitablement à un fort déchet dans la partie de terrain adverse. On touche ici les limites relatives de l’apport de Patrick Vieira à Nice : sans parler de « carences » tactiques, il n’a pas (encore) réussi à mettre en place les schémas préférentiels de jeu qui permettent de transformer une phase de possession en une phase de progression.

Tactiquement Patrick Vieira est intelligent, même s’il souhaite mettre sa philosophie en place, il se distingue par son coaching très adaptable. Une qualité qui n’est pas sans lien avec la réussite de son équipe en sur le plan comptable. Vieira se veut efficace, et sait qu’en l’état actuel des choses, il doit adapter son animation en fonction de l’adversaire pour tirer le meilleur de son groupe. Si tactiquement le Gym a du mal à se montrer dangereux tout en honorant la philosophie du champion du monde 98, il ne faut pas oublier que ce dernier est un jeune coach qui est lui aussi en période d’apprentissage. Ainsi sa capacité d’adaptation est déjà la preuve d’une certaine ouverture d’esprit, qualité quasi-indispensable pour perdurer dans un milieu ou la marge d’erreur est minime.

Tactiquement Vieira travaille beaucoup pour s’adapter en fonction des situations


Vieira ou l’éloge de la tranquillité

Il l’a lui même déclaré, le vestiaire Niçois est l’un des plus facile à gérer parmi ceux qu’il a connu au cours de sa jeune carrière d’entraîneur. L’OGC Nice est une équipe jeune, encadrée par quelques joueurs expérimentés tels que Dante ou encore Christophe Jallet. Si le GYM a changé de dimension au cours de cette dernière décennie, il n’en demeure pas moins un club familiale qui offre une médiatisation moindre que dans les autres clubs qui se mêlent à la lutte Européenne. Le Gym constitue donc le milieu propice pour la progression de Patrick Vieira en tant qu’entraineur.

On le connaissait plutôt nerveux, donnant toujours un travail conséquent aux arbitres lorsqu’il était joueur, mais aujourd’hui si le coach niçois aime toujours autant échanger avec les “officiels”, on peut affirmer avec beaucoup d’assurance qu’il s’est assagi. Certains qui, jadis, partageaient le même maillot, disent aujourd’hui découvrir une toute nouvelle facette de la personnalité du champion du monde 98 plus calme et plus posé. Passer du terrain au banc de touche n’est pas chose aisée, pour ce faire ce dernier est resté le même sur le fond mais a dû considérablement modifier son approche dans la forme.

Ainsi, “Pat” a gardé sa motivation, son sens du travail ainsi que son goût de l’effort, restant ainsi l’Homme perfectionniste qui a réussi par le passé. En parallèle il a su trouver les ajustements nécessaires qui font de lui aujourd’hui un meneur d’homme très apprécié sur la côte d’Azur. Joueurs, assistants, supporters… tous sont unanimes : Vieira incarne aujourd’hui la sérénité, il est une « force tranquille » qui cherche à garder tout son groupe concerné sans leur infliger une trop grande pression. Il sait aussi élever la voix et sanctionner ses joueurs lorsque le besoin s’en fait ressentir, il cherche à les responsabiliser ainsi qu’à les professionnaliser, un aspect d’autant plus important lorsque l’on sait que Nice est l’une des équipes les plus jeune d’Europe. Sur ce plan Vieira poursuit la politique entamée par Claude Puel il y a plusieurs années : faire confiance aux jeunes. Diaby, Pelmard, Ganago, Sylvestre, ou encore Sacko, Srarfi ou Myziane Maolida, Vieira n’hésite pas à incorporer les jeunes recrues ainsi que les joueurs issus du centre de formation dans son groupe professionnel. Il les forme avec patience et humilité, forçant le respect par son calme et sa maturité alors qu’il n’a pas encore 5 années d’expérience en tant qu’entraineur dans le milieu professionnel.

Atal qui célèbre son but dans les bras de son entraineur

Au delà de ses difficultés pour proposer un jeu flamboyant ou de son incroyable efficacité, Vieira a su mettre tout le monde d’accord sur ses qualités de meneur. Il ouvre la voie, dirige le navire OGC Nice avec sérieux et sérénité. Il lui reste encore beaucoup de travail à accomplir et sait qu’il devra montrer plus de choses sur le plan footballistique dans les saisons qui arrivent. En attendant il a su tirer le meilleur d’un groupe qui adhère à ses principes et ses méthodes et qui progresse rapidement. Décrit comme un modèle pour certains, un père pour d’autres, il apporte finalement calme et sang froid à tout un groupe dont la réussite n’est pas étrangère à ce nouvel état d’esprit insufflé par le néo-entraîneur. Ainsi si le GYM lutte aujourd’hui pour l’Europe, Patrick Vieira y est pour beaucoup et de ce fait mérite beaucoup de crédit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s